Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for novembre 2013

Tiens, j’ai envie de parler d’un truc joyeux aujourd’hui parce que je m’en rends compte presque tous les jours et ça change des trucs glauques, pas drôles, déprimants. Cela fait quelques mois que je me balade dans les rues, le jour, la nuit, seule ou non, sans que je sois victime de harcèlement de rue. Jamais.

Quand je croise un ou plusieurs hommes le soir, je ne suis plus sur mes gardes et l’idée qu’ils m’abordent ne me vient même plus à l’esprit.
Quand un homme vient me parler, mon premier réflexe est de penser que ce n’est pas innocent, qu’il vient me parler parce que je suis une femme. Et après quelques échanges, je me rend compte que non. Du coup, oui, je peux continuer la conversation en étant bien plus à l’aise. Je ne sais pas réellement comment je sais que c’est innocent, je le sens juste. C’est peut-être dans le regard, dans la façon dont on me parle, voire même dans les sujets abordés.
J’ai encore cette appréhension quand je vois un homme debout dans la rue, au pied d’une porte, à fumer, à attendre ou à parler avec des amis, qu’il me regarde comme un morceau de viande. Et quand je passe, rien.
Et je vous assure que ça, ça met de bonne humeur !

J’ai encore du mal à m’y habituer, c’est dire l’ampleur de ce que peut être le harcèlement de rue au quotidien. Le sexisme, le harcèlement et les violences sont ailleurs, sans aucun doute, mais dans la rue ils semblent absents. Par contre, j’en ignore totalement les raisons. Est-ce le fait d’une grande ville où il y a tellement de monde que tout le monde s’ignore ? Est-ce le fait de l’extrême politesse apparente du pays ? Ou y a-t-il eu une réflexion sur le harcèlement, la rue et les genres ? Ou autre chose, je ne sais pas. Mais ça me fait des vacances !

Publicités

Read Full Post »