Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2014

Une lutte sans fin

J’ai pas emmené mon carnet. J’ai du penser que je n’en aurais pas besoin. J’ai du me dire que j’allais passer ma « nouvelle vie » à m’amuser. Et que tout irait bien.

Au fond, j’avais sûrement pas tort. En partant, je me suis éloignée de certains éléments toxiques, de certaines angoisses, la peur de retomber sur des gens, la peur qu’ils me renvoient à ce passé, et ce truc désagréable, inconfortable que je ressens quand je revois certaines personnes en imaginant très bien qu’ils me prennent pour une tarée, une fille dangereuse, une menteuse.

J’ai pas tout ça ici. Et au final, même l’environnement dans lequel je suis m’incite à être plus confiante, plus sûre de moi. Assez rapidement, je suis devenue très proche d’une fille, une amie. J’ai l’impression de rencontrer beaucoup plus de féministes. Malgré ma timidité, j’ai quand même mon rendez-vous hebdomadaire où j’écoute pleins de gens discuter du féminisme, du racisme, de la transphobie… Je rencontre ces gens motivées, en colère, solidaires, joyeuses. Ça fait du bien!

Et toute cette assurance, j’ai pas envie de la lâcher. Je ne m’imagine pas le faire. Je vois pas comment. Quand une dizaine de garçons viennent me réveiller, dans une chambre, seule avec eux, et qu’ils essayent de m’intimider, de me faire peur, de rire de moi, de jouer avec moi, je lâche pas le morceau, j’ai pas peur, je ne joue pas. Et c’était même assez facile en fait, sûrement parce que j’avais deviné avant ce qui allait se passer. Au final, j’étais fière de moi, j’ai changé et ça on ne me l’enlèvera pas.

Et puis il y a ces moments, sans savoir vraiment d’où ils sortent, où t’as pas la force. Où tout ça te déprime. T’as tes souvenirs et t’as aussi ceux des autrEs. Et tu te demandes comment on va s’en sortir. Tu te demandes si un jour, plus rien ne nous menacera, si on pourra arrêter d’être sur nos gardes. Si on sera là aussi, les unes pour les autres. Si on arrivera à s’entraider, s’il ne sera pas trop tard, encore une fois.

Je n’ai plus l’impression d’avoir peur de mon passé, mais parfois le futur m’effraie. Et si on trahissait ma confiance ? Et si je me trahissais moi-même ? Comment je pourrais alors me supporter ? Car si, malgré les solutions que j’ai aujourd’hui, j’en suis quand même arriver à ça, ça voudrait dire que ces solutions ne marchent pas. Il me restera quoi alors pour m’en sortir ?

Alors du coup, je me dis que je dois rester sur mes gardes. Mais j’en ai marre d’avoir à me défendre. C’est épuisant, j’ai pas envie de passer toute ma vie dans cet état. J’aimerais être sûre que plus personne n’aura les moyens et l’intention de m’agresser. J’aimerais vivre en paix.

Read Full Post »